« Vous n’allez quand-même pas me dire que votre logiciel développé en 2 années homme en fait autant que notre logiciel développé en 100 années hommes ! – Non, quand-même pas. »

Un développeur de la suite BI de Microsoft m’a dit que mon logiciel est bien plus poussé que la partie interface de leur solution. Il a été étonné de la paramétrabilité, de la personnalisation, de l’héritage automatique, de la personnalisation de ce qu’il appelle les paramètres et que j’appelle les filtres, sur n’importe quelle colonne, de l’enregistrement des filtres, de la propagation de la modification des vues de la base, de la possibilité d’ajouter n’importe quelle colonne, de valeurs suggérées qui peuvent provenir au choix des valeurs de la colonne ou d’une dimension, d’une extrême puissance pour la saisie de formules, avec assistants qui proposent les fonctions et les champs, de très nombreuses options, il a aimé les options que je lui ai présenté...

Nous avons comparé avec la partie interface de la suite BI de Microsoft, qui est reste très liée au bon vouloir du développeur, très peu libre de paramétrage, très peu personnalisable, par l’utilisateur final.

De plus, moi, je bénéficie aussi d’une solution qui permet de s’intégrer de façon souple et transparente à une solution très programmée.

Et je suis capable de faire des jointures inter-bases très facilement, avec un algorithme qui choisit à tout moment la meilleure façon de récupérer les données.